Season 1,
48 MINS

Leslie Desvignes : Concevoir et conduire la lumière

novembre 28, 2017

ECOUTER LE PODCAST SUR ITUNES

Episode #01 | Leslie Desvignes : Concevoir et conduire la lumière

Crédits musique : Polaar de Maud Geffray


Le métier d’éclairagiste

Leslie Desvignes est éclairagiste. Grâce à elle, on garde des moments inoubliables de nos soirées concert ou théâtre ! Après 10 ans de métier, elle revient sur son parcours. Elle a vécu 5 années de CDI à la Gaîté Lyrique pendant lesquelles, elle a mis en œuvre sa sensibilité personnelle… Avant cela, elle a bossé au Théâtre de l’Odéon pendant deux ans. Désormais, elle est intermittente, ce qui lui permet de se frotter aux ambiances de différentes salles et des festivals.

« S’inspirer de tout ce qui nous entoure, de l’intuition, une bonne gestion de l’humain, se donner au max, être au courant de ce qui se fait ».

Comment elle se prépare ? 

On lit la trame, le descriptif du metteur.e en scène, on écoute la musique de l’artiste. Elle fonctionne avec des mots ou des images, qu’elle retranscrit sur un papier puis ensuite ensuite en lumière(s). A la fin du processus, il faut établir un plan de scène avec la déco, les musicien.nes ou les comédien.nes, à tel endroit, à tel moment, pour raconter quelque chose.

Accompagner le propos d’un artiste

Il y a beaucoup de travail en amont d’un projet, notamment au théâtre, avec le storyboard. A contrario, dans certains cas, quand il n’y a pas d’éclairagiste avec le groupe, il faut discuter surtout des interdits avec l’artiste, en sachant que les personnes qui arrivent avec une identité viennent généralement accompagnées.

L’objet même de l’exercice n’est pas de faire une création de lumière solitaire. L’éclairagiste reste au service d’un artiste et d’un propos.

Après 10 ans de carrière, parler du déclic 

Après un bac S, elle est allée en Arts du spectacle à Nanterre, puis lors d’un UE libre avec un super prof sur la cage de scène, elle a le déclic ! Elle a fait des pieds et des mains pour être stagiaire du régisseur de la fac. Suite à cette  expérience, elle a bossé bénévolement avec des petites compagnies, notamment le Théâtre du Fracas puis se lance dans une formation en alternance pendant 2 ans au CFA du CFPTS.

L’enseignement et les projets 

Enseigner dans quelques années? Leslie répond pourquoi pas. C’est marrant de voir les jeunes qui arrivent, tu les aides à être moins niais. Pour essayer de leur faire gagner du temps, comme on lui en a fait gagner. Sinon, le Stade de France dans 5 ans, ça la tenterait bien.

Une fois que t’as fait un stade de France, qu’est-ce que tu veux faire de plus ?

Relations avec les collègues

On parle aussi de ses convictions, de l’importance de la communication pour ne pas se laisser piéger par ce qu’elle nomme « l’over susceptibilité » mais aussi des relations qu’elle entretient avec ses collègues, en tant que nana dans un milieu d’hommes.

« En fait, je crois qu’on est dans une période ou tout le monde est super content de voir plein de filles qui déboulent ».

Souvenirs, compétences et projets

On parle aussi de ses souvenirs à la Gaîté Lyrique et de ses premières lumières au Théâtre du Soleil, de la maîtrise technique de sa console fétiche et bien d’autres choses. Ce qui compte pour elle, c’est de garder de bons projets avec des gens agréables et que ça la porte au quotidien ! Elle envisage aussi – pourquoi pas – de se reconvertir un jour (lointain) en cultivatrice de patates ou constructrice de maisons bio mais en attendant, elle n’en est pas là et ne songe pas arrêter ce qu’elle aime, la lumière ! 🙂


Leslie Desvignes sur les réseaux sociaux


Pour retrouver l’épisode 2 du Podcast avec Nabila Mekkid


 

Laisser un commentaire

Scroll to top
5 Partages
Tweetez
+1
Partagez5